italiano
 
english
 
home qui sommes-nous la réalité de lieu les lieux projets 2018 projets réalisés photo video gallery contacts donne une contribution

Réalité locale - Associazione acqua chiara congo Lanciano
Associazione acqua chiara congo ha sede a Lanciano aiuti per Goma, Bukavu e Kivu da Lanciano
l'Associazione acqua chiara congo ha sede a Lanciano l'Associazione acqua chiara congo ha sede
a Lanciano Associazione acqua chiara congo ha sede a Lanciano
l'Associazione acqua chiara congo ha sede a Lanciano
Chi siamo per Goma, Bukavu e Kivu da Lanciano

LA RÉALITÉ DU LIEU


Les territoires du Nord et du Sud Kivu, situés au litorale du Lac Kivu sont théâtre des guerres violentes et sanguinaires qui ont provoqué des millions de morts et tant de misère ainsi que des deplacements massifs de populations, qui ont déserté leurs villages périphériques en cherchant des endroits plus ou moins sûrs. C'est entre autres les villes de Goma et Bukavu.

Ces populations déplacées vers Goma n’ont pas tant de moyens de survie; en effet, les veuves et orphelins font des transports de marchandises sur leurs dos et sur leurs têtes, d'autres sont exploités comme de bêtes de somme.

Dans ces villes, les chevaux, les anes et les voitures sont très couteuses. Les routes sont quasi impraticables, ainsi les femmes triment en transportant des fardeaux pesants, des paniers et sacs de manioc, des fardeaux de cannes à sucre, de la braise, etc.

                   

Chaque femme transporte des centaines de kilos de marchandise chaque semaine. Elles ne se reposent presque pas, car elles s’occupent de la survivance quotidienne. Ainsi leur santé et leur sécurité personnelles sont toujours en risque, mais malgré toute cette fatigue, elles ont toujours le sourire aux lèvres.

Elles travaillent pour un ou deux dollars par jour pour nourrir leurs enfants. Cela ne sert qu'à acheter un peu de farine et un peu de riz. Comme nous pouvons le remarquer, cet argent n’est pas assez pour satisfaire les besoins primaires envue de la survie de la famille.

Il s'agit simplement d'une exploitation économique de ces pauvres femmes qui ne disposent pas d'autres alternatives valides à ces types d'activités.

Les conséquences de cette situation sont diverses et présentent de serieux dangers:

On n’a pas d’autres formes d’assistance à part les petites contributions que nous recevons de la part de certains volontaires qui s’organisent en petits groupes pour apporter un peu de soulagement. L'histoire de l’école "Reina de la Paz" de la Soeur Brigitte et les initiatives de Madame Bibiche en faveur des veuves nous sont claires.